Les officiels brésiliens oublient la remise du trophée

Nous sommes le 16 juillet 1950 et les Brésiliens jouent chez eux face à l’Uruguay. Le vainqueur de ce dernier match du tournoi gagnera la 4e édition de la Coupe du monde.

Cette finale se joue dans le mythique stade du Maracaña, à Rio de Janeiro, devant près de 200 000 spectateurs. Finalement, l’Uruguay inscrit le but de la victoire en fin de match (1-2).

Abattus par cette défaite inattendue, les officiels brésiliens oublient la cérémonie qui est censée sacrer le champion.
C’est le président de la FIFA en personne, le Français Jules Rimet, qui descend finalement sur la pelouse pour remettre le trophée à Obdulio Varela, le capitaine uruguayen.