L’arbitre protégé par les joueurs

Le 1er janvier 1913, le XV de France lance le Tournoi en recevant l’Ecosse au Parc des Princes. Les Tricolores subissent une véritable humiliation (3-21) devant un public venu en nombre.

Ce public, justement, fera beaucoup parler de lui. Ignorant les règles du rugby, les spectateurs trouvent en J.W. Baxter une victime idéale : l’arbitre anglais n’a-t-il pas constamment et injustement sanctionné les joueurs français ? Pourquoi siffle-t-il en permanence contre le Coq tricolore ? Les règles de l’avantage et du hors-jeu, trop complexes pour un public novice, sont loin d’être admises par les supporters.

Fuite en voiture

Au coup de sifflet final, une centaine d’entre eux envahit la pelouse. L’arbitre évite les coups grâce au fair-play et au courage des rugbymen écossais et français qui l’encerclent pour le protéger.

Dans les vestiaires, où il s’est réfugié, Baxter s’habille à la manière d’un Français, pour quitter le stade incognito. Dehors, la foule ne décolère pas. L’arbitre parviendra à quitter l’enceinte parisienne par une porte dérobée, dans l’auto du trois-quart tricolore Pierre Failliot, en tribune ce jour-là et venu au stade en voiture.